Digitalisation de l’Information

Il y a une digitalisation massive de l’information en cours, et plus généralement, de tous les éléments qui nous entourent. Des échanges économiques aux relations sociales en passant par les documents et la Culture, peu d’aspects de nos vies ne sont pas encore numérisés. Les appareils que nous utilisons pour interagir avec l’information digitale sont en train de rendre les outils physiques obsolètes : lettres, livres, cahiers, instruments, stylos, pinceaux, etc.

La relation entre le monde physique, ses outils habituels, et le monde digital avec ses nouveaux appareils est assez ambigüe.

Digitalisation de l’Information : Relations entre Monde Physique et Monde Digital

L’Ère digitale dans le monde réel

La révolution digitale et la digitalisation de l’information qui l’accompagne n’a pas complètement fait disparaître nos habitudes « physiques » et nombre d’entre nous sont encore attachés à des façons de faire plus classiques, aussi bien dans la sphère privée que professionnelle. L’e-book n’a pas complètement détruit le livre, le mp3 ne s’est pas substitué au concert et les ordinateurs/tablettes n’ont pas encore remplacé tous les cahiers de prises de notes. Toutefois, les technologies digitales ont permis de nombreuses évolutions et améliorations dans notre société. Si le mp3 n’a pas remplacé le concert, il a tout de même contribué à la diffusion massive de musique et à la démocratisation de sa création ; de même pour l’e-book qui est en train de démocratiser l’édition. Les exemples où le digital a changé la façon dont nous construisons, consommons, partageons et regardons les choses sont quasi infinis.

Le fait est que, comme mentionné dans un article précédent, la révolution digitale est un phénomène progressif avec des effets complexes. De plus, notre relation à la technologie n’est pas simple et évolue selon les cultures, les populations, activités, etc.
Par conséquent, notre relation à l’ère digitale n’est pas aisément identifiable et change selon de nombreux facteurs. L’offre technologique est l’un des ces facteurs.

En effet, l’offre de produits technologiques prend une part active dans la construction de notre relation au monde digital.
Un bon exemple est l’Internet des Objets. Cette nouvelle vague de produits connectés est un très bon exemple d’incursion de systèmes digitaux dans un contexte matériel, un encastrement du digital dans le matériel.

Le monde professionnel à l’Âge Digital

En termes de productivité, les évolutions numériques de l’environnement de travail et des outils ont amené des avantages indéniables et de nouvelles perspectives depuis les premiers ordinateurs, l’email, le cloud et aujourd’hui l’Internet des objets, qui permet une réunion entre comportements traditionnels et applications digitales.
Plus précisément, les Smartpens sont les objets connectés parmi les plus prometteurs. Sachant qu’un très grand nombre de professionnels utilisent encore le papier et stylo pour prendre des notes, résoudre des problèmes et réfléchir alors que toutes les données professionnelles sont numérisées, créant ainsi un écart entre deux aspects d’une même sphère professionnelle.

Digitalisation de l’Information : Relations entre Monde Physique et Monde Digital

Néanmoins, les habitudes et interactions « traditionnelles » sont habituellement opposées aux digitales. Les outils et appareils digitaux sont en effet souvent annoncés comme substituts d’outils désormais désuets.

Digitalisation de l’Information : Relations entre Monde Physique et Monde Digital

Réconcilier le digital et le réel

Il existe un certain décalage entre évolution technologique et évolution des comportements. Ce décalage peut notamment être expliqué par la croissance exponentielle de l’innovation technologique.
Ainsi, de nombreuses personnes ont du mal à adopter complètement les nouveaux outils et rester à jour vis-à-vis de la digitalisation de l’information dans leur entreprise. Par conséquent, ils s’accrochent à des schémas de travail plus traditionnels mais qui ont effectivement fait leurs preuves.
En effet, le « coût d’apprentissage » pour rester constamment à jour est perçu comme trop élevé pour être profitable.

Comment changer cet état de fait ?

 

Une solution est d’intégrer des manières classiques de travailler, faire les choses, dans les nouveaux outils et processus.
Un exemple intéressant est l’intégration de LiveScribe et MyScript dans Beesy.

Avec ce partenariat, LiveScribe et BeesApps ont pour objectif de créer un pont entre Notes papier et monde digital.

Plus qu’une simple combinaison d’écriture manuscrite et avantages du digital, l’utilisation du Smartpen LiveScribe 3 avec Beesy ouvre les portes du contrôle physique d’applications virtuelles. Ce nouveau moyen de contrôle d’outils digitaux pourrait bien être une passerelle pour amener les professionnels à intégrer complètement le virage digital sans perdre leur héritage en termes de travail.

Plus exactement, l’idée est d’éviter la double entrée d’une même information. Une façon de le faire est de simplement entrer directement l’information dans le système informatique voulu; mais comme expliqué plus haut, les habitudes professionnelles évoluent plus lentement que les outils technologiques et ainsi beaucoup de personne continuent à travailler avec des notes papier tout en utilisant en parallèle des outils digitaux. De cette façon, les professionnels passent un temps fou à recopier une partie de leurs notes écrites dans des programmes informatiques, le reste étant bien souvent perdu.

Avec la combinaison d’un Smartpen (LiveScribe), d’une technologie de reconnaissance d’écriture manuscrite (MyScript) et d’une application de prise de notes et productivté (Beesy), l’information prise une seule fois va directement et instantanément du Smartpen à l’application en passant par la reconnaissance digitale pour apparaître comme élément dynamique et modifiable dans le workflow professionnel de l’utilisateur.

Ce genre d’interaction entre matériel et digital pourrait bien être le futur du travail, ou alors une transition vers un monde complètement digitalisé, l’avenir nous le dira !


Image Credits:
« Pure Data File Killer » by Antonio Roberts
« data.path » by r2hox